[b]Pour lecture [/b]: LETTRE ADRESSEE AUX 5 DEPUTES AYANT DEPOSE LA PROPOSITION DE LOI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[b]Pour lecture [/b]: LETTRE ADRESSEE AUX 5 DEPUTES AYANT DEPOSE LA PROPOSITION DE LOI

Message  Marie christine le Jeu 4 Mar - 0:25

à Monsieur Yves BUR



GRAIGNES, le 20 février 2010



Monsieur le Député,

Votre proposition de loi est une erreur et un mauvais coup.

Je suis infirmière depuis 33 ans. Dès mon entrée en fonction, j’ai souhaité l’existence d’un Ordre Infirmier, capable de représenter et faire entendre l’ensemble de la profession.Je suis de ces infirmières anonymes qui, à votre naissance, ont donné des soins à votre mère et au bébé que vous étiez ; qui, plus tard, se sont trouvées sinon à votre chevet, au moins aux côtés de membres de votre famille lors de maladies ou d’interventions. Comme elles, j’administre les soins, je rassure, réconforte, encourage, essuie les sueurs, nettoie les plaies et les corps. Nous serons là aussi, Monsieur le Député, si la vie vous inflige une vieillesse difficile, et je sais qu’alors vous aurez, près de vous, un homme ou une femme qui n’aura pas pactisé avec la douleur, qui se fera un devoir d’assistance et, osons le mot, d’Humanité.

La loi du 21 décembre 2006 qui a créé l’Ordre National des Infirmiers nous confiait, entre autres missions de : « définir et faire respecter les principes éthiques de la profession, défendre son honneur et son indépendance, développer sa compétence, conseiller et soutenir les infirmiers, contribuer à promouvoir la santé publique, la qualité des soins et assurer la promotion de la profession ».Pourquoi, aujourd’hui, nous déniez-vous le droit d’être représentés par un Ordre ? Sommes nous donc moins dignes d’intérêt, sinon de considération, que nos consœurs les sages-femmes, sans parler des kinésithérapeutes et des orthoptistes.

Dans l’exposé des motifs qui justifient votre proposition vous dites : « près de 80% des professionnels, majoritairement ceux relevant d’un statut de salariés, ont fait le choix de ne pas participer au vote ». Le fichier ADELI qui a servi de base au collège électoral, n’était pas à jour, et l’on sait que moins de 40% des infirmiers du public ont reçu leur code d’accès au vote. Si je reprends votre analyse, ce ne sont pas 20% des infirmiers du statut de salarié qui ont voté pour l’Ordre, mais 50% des infirmiers qui ont été appelés à se prononcer. Pas si mal, si l’on compare aux 25,65% de personnes qui ont voté en 2008 pour l’élection Prud’homale ! Je n’imagine pas un parlementaire reprenant votre argumentation pour demander la disparition des Prud’hommes ! Comme vous ne pouvez pas être de mauvaise foi, vous avez été mal informé, ou abusé. Si, comme vous le dites, les infirmières du public (comme du privé) n’ont, majoritairement, pas réglé leur cotisation à l’Ordre, ce n’est pas tant par rejet de l’Ordre, mais parce que 75€, à sortir, sur le salaire, pléthorique, de la profession, est une somme non négligeable.
Un Ordre Infirmier, pourquoi faire ?
A vous lire, Monsieur le Député, la loi cantonne notre Ordre à
La gestion des fichiers : déjà traitée par les DDASS et DRASS : Nous n’avons pu que constater les énormes lacunes de la gestion du fichier ADELI lors des élections du Conseil de l’Ordre en 2008.
La gestion des conflits : les structures disciplinaires des établissements y pourvoient. Ceux de nos collègues qui y ont été confrontés ont fait, trop souvent, la douloureuse découverte du compérage qui y règne…. Nos aspirations sont autres….
Un Code de Déontologie : des bases légales existent déjà dans le Code de la Santé depuis longtemps. En effet ! les règles professionnelles n’y ont pas été rafraîchies depuis 30 ans, et pour s’y rapporter un infirmier doit avoir bénéficié d’une solide information en droit.
Que pourrait donc bien désirer de plus la Profession…….
Quelle réduction et combien d’erreurs.

Une cotisation, modeste, de 10€, était souhaitée par le législateur ! Il convenait que l’ordre envisagé ne se méprit pas sur ses prérogatives, qui se devaient modestes, reconnaissantes et quémandantes.
Quel mépris !
Alors, Monsieur le Député, votre projet de réserver l’Ordre aux seules infirmières libérales n’a aucun sens. Nous avons obtenu le même diplôme (avant de se spécialiser : IADE, IBODE.etc..). Nous faisons le même métier : les unes au sein d’une structure hospitalière (publique ou privée), les autres, au plus près de la population, seule façon d’assurer la continuité des soins. Mais nous avons les mêmes objectifs, et nous prenons en charge les mêmes patients à un moment différent de leurs vies…
Alors, si vous jugez, en votre âme et conscience, que les infirmiers et infirmières ne méritent pas un Ordre, assumez votre mauvais coup : pas d’Ordre du tout !
Membre du Conseil de l’Ordre Départemental de la Manche, je me suis interdit tout prosélytisme auprès de mes collègues, respectant leurs positions, d’autant qu’elles étaient encouragées à ne pas « payer pour travailler » par toutes les instances syndicales, pour une fois curieusement unies !
Trop respectueuse des institutions, je n’ose imaginer que le perspective de voir 490 000 professionnels se regrouper, puisse déclencher un prurit chez certains.
Monsieur le Député, nous avons besoin d’un Ordre Infirmier, parce qu’il représentera l’ensemble de la profession, sans clivage partisan, parce que cet Ordre Infirmier ne sera pas seulement au service de la profession, mais sera, aussi, au service de la Santé Publique.
Si toute opinion est respectable, je suis certaine, Monsieur le Député, que vous vous seriez grandi en déposant votre proposition de loi après les Régionales.

Parce que je crois à la nécessité de l’Ordre Infirmier, je vous fais la proposition suivante, Monsieur le Député : présentez à l’Assemblée un texte qui établisse que la cotisation à l’Ordre Infirmier soit considérée, au même titre qu’une cotisation syndicale, et qu’elle ouvre droit à la réduction d’impôts.
Alors je fais le pari, Monsieur le député, que grâce à votre intervention, les infirmiers et infirmières de notre pays, rejoindront massivement leur Ordre, pour le plus grand bien de tous.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de ma considération distinguée,



MC PADERNOZ
IDE du secteur public
Pdte du CDOI50

_________________
Marie Christine PADERNOZ
Ex Presidente et Ex élue du Conseil Ordre Infirmier 50

Marie christine
Admin

Féminin Nombre de messages : 119
Localisation : Graignes
Emploi : Infirmière DE - Secteur public - Hôpital de St lô
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ordreinfirmier50.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum